Mounir ABOU-DEBS

Mounir ABOU-DEBS – 1932-2016
img-20160716-wa0003 mounirdebs-1999 Auteur et metteur en scène au Liban et en France, il créera en 1960 l’Ecole du Theatre Moderne de Beyrouth, considérée comme base du théâtre libanais d’aujourd’hui.

Né à Fraykeh, dans une maison traditionnelle, toujours propriété de la famille, il est Metteur en scène, fondateur de l’Ecole du Théâtre Moderne de Beyrouth (première école de théâtre au Liban en 1960). Il a été directeur artistique au Festival International de Baalbek de 1960 à 1970.

Il a réalisé durant une vingtaine d’années des ateliers pour acteurs professionnels en France, dans les maisons de la culture de Rennes, de la Rochelle et le Ministère Français de la culture.

acteurs-1965Il a mis en scène une quarantaine de pièces de théâtre de Sophocle, Shakespeare, Goethe, Buchner, Camus, Sartre, Brecht, Ionesco, Rítsos… à Beyrouth, le Caire, Paris, la Rochelle… aux festivals internationaux de Baalbeck, Byblos, Beiteddine, Berlin, Volubilis… au théâtre national de l’Odéon de Paris.

Ses dernières créations au Festival de Fraykeh de 1999 à 2008 sont de Shakespeare, Ionesco, Tchekhov, Schmitt et plusieurs de ses propres textes.

Il est auteur de plusieurs livres dont L’Acteur sans masque, Notes pour un acteur, L’Acteur et le vide

Il a développé dans son école un style de travail de l’acteur qui est parti au départ des vues théâtrales de Stanislavski et Gordon Craig et qui s’imprègne d’une vision mystique orientale.

Ses visions de la mise en scène

. A la mise en scène de chercher à isoler l’acteur,
Face à son imaginaire,

Et faire de la scène un espace infini et désertique.
Où l’objet perd son sens quotidien et devient comme dans une peinture.

. L’étude de la lumière et des ombres
Sera pour cela principale pour le metteur en scène

. Cherche à interrompre le texte,
par des mouvements éclairs ;
quelques secondes inattendues, entre deux immobilités,
Comme des apparitions insolites dans un songe.

. Chercher aussi à  installer de longues plages de silence et de longues plages d’immobilité,

Afin de s’éloigner des mots, des gestes et leurs échos.
. Chercher à aller plus en profondeur,
Utiliser le répétitif.

– Sa vision s’inscrit dans un théâtre pauvre, qui se concentre sur la présence de l’acteur

Publicités